Un match amical, ce terme me renvoie toujours un sourire en coin. Je me demande si cela existe. Comment peut-on se livrer bataille, se mesurer et concourir en toute amitié ? D’accord, c’est la magie du sport. Le fair-play entre adversaires. Un match dit amical est rassurant, parce que l’enjeu…en fin de compte je n’en vois pas.

Ce soir, j’aurais souhaité un match amical. Mais c’est tout le contraire. Ce soir est une bataille. Ce soir c’est La Bataille. En Copa America, Haïti affronte le Brésil. L’affiche hurle en silence dans le cœur de millions d’Haïtiens. A cette heure, ce combat vit dans le cœur de beaucoup d’entre eux : le rêve/la réalité, l’optimisme/ le pessimisme, la croyance/la réalité. Le cœur de l’Haïtien ce soir est mitigé. Pour plusieurs raisons.

Nous n’avons aucun doute quant à notre patrimoine culturel, le talent de nos artistes,écrivains… structure qui manque terriblement de soutien, d’encadrement pourtant qui malgré tout  lave toujours soigneusement notre visage à l’international. Dans ces cas là, nous sommes souvent confiants, fiers comme un coq et prêts à écraser l’adversaire. Ce n’est pas du tout la même chose, lorsque les Grenadiers sont en face de la Seleçao, une seleçao qui compte 5 coupes du monde à son palmares. Soit on rêve les yeux ouverts, soit on admet la vérité. Et la vérité est cruelle. Le football se porte mal en Haiti. La fédération haïtienne de football est nulle pour doter ce pays d’une sélection nationale de football. La majorité de nos joueurs ne sont les gamins amoureux de football dans les quartiers d’haïti, qui ratent des heures de cours pour aller jouer au risque d’être punis, qui y consacrent leur vacances, leur temps libre pour l’amour du ballon rond. Parce qu’aucune école ne peut les enlever de la rue, sur les terrains improvisés pour les former à faire partie d’une selection nationale à l’avenir. Ces joueurs qui jouent dans des clubs étrangers ont eu la chance d’évoluer ailleurs et acceptent de jouer pour leur pays. Ils ne sont pas en réalité les produits d’une culture du football en Haiti. Quoiqu’il en soit on a une équipe et elle a une grande responsabilité: de produire un miracle!

Je me souviens du match de la paix en 2004, Haiti avait reçu la sélection légendaire brésilienne au stade Sylvio Cator à Port-au-Prince. Ronaldo, Ronaldinho,Roberto Carlos…en Haïti pour la paix et le football. Un match amical. Le score était en revanche moins amical, 6-0. C’est pas la peine de me demander ( Kiyes ki te sis la?) -Quelle équipe marquait les six buts? Ce soir, l’enjeu est de taille pour les deux équipes. Brésil avec seulement 1 point joue pour la qualification. Haiti, traine  0 point et voudrait à tout prix se démarquer, prouver leur capacité, goûter à la victoire, laver son honneur. Ce match, sera historique!

Photo souvenir Match de la paix en 2004
Photo souvenir Match de la paix en 2004

Ce qui me fait penser à la désolation de Belfort, qui a raté le coup franc qui aurait pu nous sauver face au Pérou. Il ne pleurait pas pour ce match là, il pensait d’après moi, au match suivant. C’était leur chance de gagner 1 point et de ne pas arriver nu devant le Brésil.

classico
Belfort déçu

Un autre aspect est intéressant à souligner pour ce fameux soir du 8 juin 2016: l’attachement extraordinaire d’un grand éventail d’haïtiens à l’équipe du Brésil. Sans l’édition centenaire, nous ne serions pas dans cette facheuse situation, La Copa se jouant habituellement entre les pays de l’amérique latine. Ce soir notre devise serait simplement Ordem y Progresso. Mais non, nous avons besoin de notre L’union fait la force. On devrait tous supporter les Grenadiers, qui eux-même sont  conscients que la fièrté des haïtiens est à leurs pieds. Un poid lourd.

La blague du jour est si vous ne regardez pas le match, les jaillissements de joie dans les quartiers peuvent vous tromper, parce que vivant en  Haiti, vous penserez surtout que Haiti marque des points, pourtant ce serait le bruit des haitiens fans du Brésil. N’est-elle pas bonne celle-là?  ( J’espère que vous avez ri)

Grenadiers à l’assaut! C’est tout ce que moi je souhaite regarder plus tard. Une équipe qui se bat avec fièrté.