Quand le très prestigieux journal du Miami Herald rapporte que Donald Trump courtise les Haïtiens de Floride, on esquive tout de suite l’hypothèse de la mauvaise blague qui court les réseaux sociaux. On est en face d’un fait qui dépasse le statut divers. Trump le xénophobe, le raciste qui a tenu des propos tellement dégradants sur les immigrants et les étrangers (les Afro-américains, les Noirs, les musulmans, les Latinos) depuis le début de sa campagne électorale a pénétré vendredi dernier (16/09/16) le quartier « Little Haïti » à Miami pour rencontrer des leaders d’origine haïtienne avec l’objectif farfelu d’obtenir leur vote et celui de la communauté haïtienne aux USA.

C’est le moment de se jeter à l’eau et de deviner quel discours il va tenir pour convaincre ce groupe sur lequel il a tant craché dessus juste avant vendredi ? L’exercice n’était pas très difficile, quand on sait que son principal adversaire n’est autre que, je ne vais pas dire Hillary, mais plutôt « Les Clinton ».

Le clan Clinton, grand ami d’Haiti. L’ami intime qui peut laver sans aucune réticence même nos linges les plus sales, qui sans aucune retenue peut fouiller dans nos poubelles si cela peut nous venir en aide. C’est ça être un ami après tout! Être présent dans les bons, mais surtout les mauvais moments. On a vu leur tête aider après le séisme dévastateur de 2010. Ou plutôt, ils nous ont fait part de leur bonne intention d’aider à la reconstruction du pays: on compte le parc industriel de Caracole, le Marriott Hôtel, et des millions de dollars américains disparus!

Voici en résumé, le bilan de la reconstruction menée de mains maîtres par le clan Clinton, toléré par un gouvernement sans foi ni loi de Martelly-Lamothe-K-plim (Evans Paul) et co qui n’a pas daigné exiger des comptes. D’ailleurs, des emails rendus publiques récemment confirment ce que nous savions déjà : Haïti est l’arrière cour du clan Clinton. Donc la faille qui lie Haïti et la politique de gestion des Clinton est palpable. [1 | 2]

D’où lui vient l’idée d’approcher les Haïtiens ?

Et de tout ce bric-à-brac est né le discours séducteur de Trump. Il peut être accusé de racisme, on peut lui prêter un problème mental mais le candidat qui rêve d’interdire le sol américain aux musulmans n’est pas sot. Les incompétences de la candidate démocrate et de son clan dans le dossier Reconstruction post-séisme d’Haïti, est un pion à saisir pour manipuler les haïtiens : faire appel à leur aversion pour l’équipe Clinton. Il est clair que les Haïtiens ne font plus du tout confiance à Hillary Clinton, après la destruction de la culture rizicole en Haïti, leur rôle dans les élections de 2010 et 2015, la reconstruction fantôme… Les démocrates sont en effet à fuir comme la peste.

Mais que peut Trump pour séduire un Haïtien ?

Il est clair que parler de présidentielles américaines, revient à parler d’élections mondiales. Et admettez-le ou non, Haïti est devenu un poids important dans la ligne de mire de la puissance mondiale. Trump veut s’en emparer, mais comment ?

Je trouve quand même dommage qu’il a trouvé âme haïtienne qui vive dans les locaux du centre culturel de Little Haiti. J’espérais que personne n’irait à sa rencontre. Point n’est besoin de rapporter les nombreuses bourdes du candidat républicain, dont des chefs d’États et des leaders de son propre parti se sont détournés. Il est aussi clair comme de l’eau de roche que Donald J. Trump n’est pas le président qui siégera à la Maison Blanche avec en tête l’avenir, des projets, un plan, un rêve, une entente, un deal, une idée bienveillante pour Haïti.

Trump et son fameux slogan
Trump et son fameux slogan

Make America great again!

Redevenons donc des esclaves!  Chers descendants de Dessalines, Toussaint, Pétion… travaillons à refaire de l’Amérique ( l’Amérique des Américains) le continent le plus prospère, le plus puissant, le plus immense! Faisons de Trump notre grand champion dans les présidentielles américaines!

A-t-il déjà oublié ses tirades sur les immigrants ? Sur les étrangers ? Sur les sans-papiers? Les musulmans ? Les mexicains ? Les femmes en situation de viol et j’en passe ? Ce n’est plus un secret, les casques bleus en voulant apporter la paix et la stabilité nous ont refilé le choléra. On devrait faire plus attention aux promesses de Trump. On ne sait pas encore ce qui viendra avec.

Qui sera le prochain président d’Haïti ? 

Nous sommes à l’heure des grands débats. Le groupe d’interventions en affaires publiques (GIAP) fait sa séance de questions réponses avec 5 candidats à la présidence sur 27 inscrits dans la course. Un débat de cancres à la télévision ce 20 septembre avec ceux qui prétendent vouloir nous diriger.  A qui confier les rênes de ce pays ? Comment sortir de ce bourbier ? Qui voter le 9 octobre prochain ?

Voici la question qui devrait mobiliser l’esprit et la clairvoyance de chaque Haïtien. Ni Hillary Clinton, ni Donald J Trump ne sera élu président d’Haïti pour de vrai. Choisir entre les deux de toute façon revient à choisir entre la peste et le choléra.

Voyons… on n’est pas sorti de l’auberge!